Accueil > Les charmes d'Ishikawa > Culture/Histoire > Région de Noto

Main content starts here.

Culture/Histoire:Région de Noto

Région de Noto

La zone de Noto a hérité d'une culture culinaire qui met en valeur aussi bien les produits de la mer que de la montagne et des arts artisanaux traditionnels comme la laque de Wajima et les autels bouddhiques de Nanao.

Région de Kanazawa

Ayant conservé toute l’atmosphère de l'histoire et de la culture de l'époque féodale, la région met en valeur le Nogaku ou ses danses populaires pleines de grâce et de somptuosité, ainsi que ses produits artisanaux traditionnels distingués et raffinés.

Région de Kaga / Hakusan

La région de Kaga s'enorgueillit d'avoir donné naissance aux Trésors Nationaux Vivants comme les maîtres de la laque de Yamanaka et de la porcelaine de Kutani.

La résidence Kami Tokikuni

Cette magnifique résidence fut bâtie par les descendants de la famille Tokikuni. On raconte qu’ils avaient pour ancêtre le général Taira-no-Tokitada, du clan des Heike. Celui-ci se serait installé dans la péninsule de Noto après la défaite du clan à la bataille de Dan-no-ura.

La résidence de la famille Kita

Investie d’importantes charges administratives (Tomura-yaku), la famille Kita avait contribué à la richesse de la région de Kaga. Le gouverneur de la province de Kaga lui fit construire une vaste résidence, digne du prestigieux statut qu’elle avait acquis.

La résidence Shimo Tokikuni

Cette résidence fut bâtie par une branche de la famille Tokikuni qui prit pour nom Shimo-Tokikuni, et dont la prospérité se perpétua de pair avec celle de la famille principale Tokikuni.

Sanctuaire Keta Taisha

Le sanctuaire Keta Taisha a 21 siècles d’histoire. C’est un élégant sanctuaire qui se présente sous des aspects changeants selon les saisons.

Le monastère Myôjô-ji

Le monastère de Myôjô-ji est le temple principal de l’école Nichiren dans la région de Hokuriku. Il comporte 10 bâtiments incluant notamment la salle principale, une pagode à 5 étages, la salle du moine fondateur, la réserve du monastère où sont conservés les textes sacrés (sutras). Ceux-ci ont été inscrits dans la liste nationale des « Biens culturels importants »

Monastère Sôji-ji

Du 12e à la fin du 17e siècle, le monastère de Sôji-ji, a d’abord prospéré en tant que temple principal de la branche Sôtô de l’Ecole Zen, de pair avec le monastère Eiheiji de Fukui.